Feedback

Informations

Livre de proprietes des choses.

Author(s), creator(s), collaborator(s) : Barthélémy l'Anglais; Corbichon, Jean; Farget, Pierre
Type of the represented object : Incunabula

Détails
Collection: Incunabula
Original object location: Réseau des Bibliothèques
Uniform title : De proprietatibus rerum
Author(s), creator(s), collaborator(s): Barthélémy l'Anglais (12..-1272) (author)
Corbichon, Jean (translator)
Farget, Pierre (editor)
Editor: Et imprime au dit lieu de lion : p[ar] ho[n]norable ho[m]me maistre Mathieu husz maitre en lart de impression
First publication of the original object: 1487
15th century
Middle age (476-1492)
Place of creation of the original object: Lyon (France)
Identifiant(s): XV.A30 (cote ULg)
1718749-10 (code-barres ULg)
Original object language: Middle French (ca. 1400—1600)
Description: Titre pris au colophon.
Mention de publication prise au colophon.
2 col. de 50 lignes ; caractères gothiques.
Signatures : a⁸ a-z⁸ A-K⁸ L¹⁰
Texte en rouge et noir.
Gravures sur bois
Marque de l'imprimeur au colophon

Notes sur l'exemplaire: Les feuillets 1 et 282 manquent

Reliure plein chagrin aubergine ; plats encadrés par un filet doré (exécutée par A. Danze en 1992)

Empreinte: inel eret cuar rece (C) 1487 (R) (exemplaire ULg)
Physical description of the represented object : [282] feuillets : ill. ; in-fol.
CREF classification(s): Bases générales de la science et de la culture
Classification(s): Arts & humanities => Multidisciplinary, general & others
Original object linked resource: Polain(B) 510
Other contributor(s): Huss, Mathias (printer-bookseller)
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/1718

pdf.png
XVA30-r.pdf
Description: volume complet
Size: 236.06 MB
Format: Adobe PDF
Access type:: Open Access
Scientific presentation

Dans les collections de l’Université de Liège, une place importante est occupée par l’imprimé de 1487 du Propriétaire en françoys de Pierre Farget. Cet ouvrage est un remaniement du Livre de proprietés des choses, une traduction précédente, en moyen français, de l’encyclopédie De proprietatibus rerum, achevée vers 1240 par le franciscain Barthélemy l’Anglais. L’œuvre latine se compose de dix-neuf livres, organisés selon la structure suivante : les livres I à III traitent du monde immatériel ; les livres IV à VII décrivent le corps humain ; les livres VIII à XVIII présentent le macrocosme (l’univers, les animaux, la terre...) et, enfin, le dernier livre expose des sujets divers allant de la perception des couleurs au quadrivium.

Au cours du XIVe siècle, le De proprietatibus a fait l’objet de plusieurs traductions en langues vernaculaires (cf. Van den Abeele, Meyer 2005), parmi lesquelles le Livre des proprietés des choses, composé par le frère augustin Jean Corbechon, lecteur à la Faculté de théologie de Paris (1359-1369) puis maître en théologie et chapelain du roi Charles V de France. À la cour de Charles V, la diffusion des sciences connut un essor extraordinaire (cf. Bertrand 2014). Selon l’auteur, ce fut le roi en personne qui demanda à Corbechon de traduire le De proprietatibus : « il a pleü a vostre royal majesté a commander a moy [...] que je translate le livre devant dit de latin en françoiz, le plus clerement que je pourray » (Ribémont 1999, p. 96). Comme le suggère cet extrait tiré du prologue, Jean Corbechon est particulièrement attentif à la clarté de sa translation : pour que son public comprenne les mots techniques latins, il n’hésite pas à les traduire à l’aide des outils linguistiques les plus divers. Dans le livre V consacré à l’anatomie humaine, par exemple, lat. tela uvea devient la « toille qui est semblant a l’escorce d’un raisin noir » (périphrases), lat. dentes incisores passe à « tranchans dens » (calque sémantique) et enfin, lat. genitalia est remplacé par « les membres genitaires » ou bien « les parties honteuses » (couple synonymique). L’ouvrage fut achevé en 1372, et une vingtaine de manuscrits qui transmettent le texte sont encore conservés aujourd’hui.

Vers la fin du XVe siècle, Pierre Farget, docteur en théologie et lui aussi membre de l’Ordre de Saint Augustin, remania la traduction de Jean Corbechon, et publia en 1482 à Lyon, chez l’imprimeur-libraire Mathias Huss, Le propriétaire en françoys (sur le sujet, cf. récemment les deux articles de Françoise Fery-Hue et Christine Silvi, dans Ducos 2014, p. 47-87 et 89-123). Sa nouvelle traduction sera reproduite dans plusieurs réimpressions successives (1482, [1484], 1485, 1485 = 1486, [1486], 1487, 1491, etc. – cf. Pettegree et al. 2007, I, p. 82b-83b).

Bien que la version de Jean Corbechon soit fondamentale sous plusieurs aspects, de la création d’un lexique technique en langue vernaculaire à la diffusion d’un savoir issu de différentes disciplines parmi les non-spécialistes, l’ouvrage de Pierre Farget – dont un exemplaire de 1487, avec une reliure moderne, est conservé dans les collections de l’Université de Liège – n’est pas moins précieux. En effet, une analyse comparée des points de divergence entre sa traduction et celle de Corbechon, pourrait permettre de retrouver tous les passages qui devaient paraître opaques aux lecteurs du XVe siècle, et ceux qui, au contraire, ne leur posaient aucun problème d’interprétation. Ainsi, en tant que témoignage historique, ce texte nous permet aujourd’hui d’ajouter une petite pièce à la mosaïque de notre compréhension du passé, et de l’évolution des sciences au fil des années.


Transitions

Gianluca Valenti
F.R.S.-FNRS - Chargé de recherches

Cette présentation a été réalisée dans le cadre de la collection "Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège", développée par l'Unité de Recherche Transitions .


Bibliographie :

Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.