Feedback

Informations

L'ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l'instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l'Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule.

Author(s), creator(s), collaborator(s) : Coret, Jacques
Type of the represented object : Book

Détails
Original object location: Réseau des Bibliothèques
Author(s), creator(s), collaborator(s): Coret, Jacques (1631-1721) (author)
Editor: [Liège] : A Liège, chez Gérard Grison
First publication of the original object: 17th century
Modern times (1492-1789)
Place of creation of the original object: Belgique -- Liège
Identifiant(s): R02686A (cote ULiège)
709601397 (code-barres ULiège)
Original object language: French
Contents, Summary of the original document: Relié avec : Officium parum Beatae Mariae Virginis ad usum ordinis Cisterciensis, authoritate reverendissimi DD. Cisterciensis generalis . - Parisiis, sumptibus Sebastiani Mabre-Cramoisy, M. DC. LXXIII [1673].
Description: Signatures : A-Z¹²/⁶ 2A⁶.
Porte la mention : "Avec permission des supérieurs".
Empreinte: dele ere, n,u- rere (3) 16.. (Q) (exemplaire ULiège)
Material, support of the original object : Papier
Dimensions, weight or duration: 12 cm
Physical description of the represented object : [16], 424, [8] pages
CREF classification(s): Théologie
Classification(s): Arts & humanities => Religion & theology
Other contributor(s): Grison, Gerard (16..-16..?) (printer-bookseller)
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/2873

pdf.png
R2686A.pdf
Description:
Size: 46 MB
Format: Adobe PDF
Access type:: Open Access
Scientific presentation

À la fin du XVIIe siècle, Jacques Coret, recteur du collège jésuite de Valenciennes, publie à Liège, chez Gérard Grison, L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne. L’ouvrage connaîtra, jusqu’au XIXe siècle, un extraordinaire succès et peut être, à bon droit, considéré comme l’un des best-sellers de la littérature dévote.

Jacques Coret est né à Valenciennes en 1631 et est entré dans la Compagnie de Jésus en 1649. Après une solide formation théologique au collège de Clermont à Paris où il s’est fait remarquer grâce à des thèses sur l’infaillibilité pontificale, il est chargé par ses supérieurs d’assurer la prédication à travers la province jésuite gallo-belge d’où il est originaire. Parallèlement à cette importante activité de prédication pour laquelle ses supérieurs lui reconnaissent un véritable talent, Jacques Coret s’emploie très activement à propager la dévotion à l’ange gardien. Il fonde ainsi des confréries vouées à l’ange gardien à Armentières (en 1662), à Lille (vers 1668-1670) puis à Valenciennes (1671) et publie plusieurs traités de dévotion à l’ange gardien qui connaissent de multiples rééditions, notamment à Liège. En effet, le jésuite s’installera dans la cité mosane en 1685 et s’y fixera jusqu’à sa mort, en 1721. Il y assumera la direction du collège de 1694 à 1698 ainsi que la fonction de préfet de l’église jésuite de 1695 à sa mort. Il fut d’ailleurs celui qui permit, en 1701, l’achèvement et la consécration de l’église des pères dont la première pierre avait été posée plus de trente ans plus tôt : ses ardentes prédications (ses ennemis l’appelèrent ironiquement « l’Oracle de la ville ») lui permirent de rassembler l’argent nécessaire à cette entreprise. On notera également qu’il rejoint en 1698, avec le jésuite anglais Louis Sabran, le synode permanent du diocèse, contribuant ainsi à la claire réorientation doctrinale de l’institution en faveur de la Compagnie de Jésus et au détriment du jansénisme liégeois. Jacques Coret, enfin, mène tout au long de sa vie un très actif apostolat de plume qui l’amène à publier quelque 25 ouvrages de dévotion.

Entre l’été et l’automne 1681, Jacques Coret – qui n’est pas encore installé à Liège – obtient, de l’examinateur synodal en charge de la censure ainsi que du vicaire-général de Liège, l’autorisation de publier son Ange conducteur dans la dévotion chrétienne. Il semble toutefois, si l’on en croit les tables mobiles des plus anciens exemplaires conservés (tel l’exemplaire que nous décrivons ici), que l’ouvrage ne paraisse qu’en 1683. C’est à l’imprimeur-juré Gérard Grison qu’il en confie l’impression, alors que ses précédentes éditions liégeoises avaient été assurées par Pierre Danthez, avec qui il collaborera encore de nombreuses fois par la suite. Le choix de Gérard Grison peut paraître étrange : installé sur le Vieux Marché, celui-ci imprime exclusivement depuis 1680 des placards pour le compte de la cité de Liège. Probablement s’agit-il pour Gérard Grison, qui a su réunir les moyens financiers nécessaires, de se positionner plus clairement sur le marché du livre : l’année 1683 voit en effet sortir de ses presses plusieurs ouvrages de plus grande ampleur, notamment de la plume du père récollet Jean Jacobi .

L’édition de 1683 provoquera le mécontentement des autorités centrales de la Compagnie de Jésus : Jacques Coret n’a en effet pas soumis son manuscrit à la censure de son ordre et a publié l’Ange conducteur sans l’autorisation de ses supérieurs directs. L’ouvrage fera toutefois par la suite l’objet de plusieurs rééditions à Liège et bientôt au-delà. C’est à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle que les éditions se multiplient. À ce jour, l’on compte près de 740 rééditions qui paraissent, jusqu’au XXe siècle, sous des titres très variables et qui présentent des formats, autant que des contenus, tout aussi variables. Certaines éditions sont extrêmement modestes, d’autres presque luxueuses. L’Ange conducteur est en effet un livre composite, à la fois livre d’heures et manuel de dévotions privées, qui a rapidement échappé à son auteur. La première édition est le résultat d’un assemblage de Jacques Coret qui réunit des prières pour la messe, des offices et des litanies autant que des oraisons à différents saints afin d’aider ses lecteurs, et particulièrement les membres de la confrérie liégeoise de l’Ange gardien, à se préparer à une bonne mort. Dans les décennies qui suivent, les imprimeurs vont à leur tour procéder à des opérations de bricolage, ajoutant certains offices et supprimant des prières, et vice-versa, de manière à proposer des Anges conducteurs sommes toutes fort différents les uns des autres.

Cet exemplaire figure dans les collections de l’Université de Liège depuis sa fondation. On ignore à qui il a appartenu avant, la marque d’appartenance « françois et » ne permettant pas d’établir une quelconque hypothèse.


Transitions

Annick Delfosse
Professeure

Cette présentation a été réalisée dans le cadre de la collection "Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège", développée par l'Unité de Recherche Transitions .


Citer cette présentation :
Delfosse A., « Jacques Coret, L’ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l’instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l’Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule, Liège, Gérard Grison, [1683], 12° (Liège, Bibliothèque Alpha, R2686A) », in Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège, mars 2017. http://hdl.handle.net/2268.1/2873
Bibliographie :

Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.